logo MamytwinkRéseau Mamytwink logo MamytwinkMamytwink.com logo Hearthstone-DecksHearthstone-Decks.com logo Overwatch WorldOverwatch-World.com
11

Shadows Rising : Extrait du roman de Madeleine Roux [SPOILERS]

Mercredi 24 juin 2020 à 20h22, par

shadows rising : extrait du prochain roman de madeleine roux

Shadows Rising est le prochain roman préquel de Shadowlands. Écrit par Madeleine Roux la sortie du roman est prévue le 14 juillet 2020 en anglais uniquement pour le moment.

Nous découvrons un nouvel extrait révélé en exclusivité pour le site BlizzardWatch. L'histoire met en scène Nathanos, le Flétrisseur au coeur de nouvelles manigances.

Nous vous proposons une traduction de cet extrait. Attention, celui-ci contient des spoilers ! Ne continuez pas si vous souhaitez garder la surprise.

Extrait du roman « Shadows Rising »

« Quel trou, » ricana Sira Gardelune, tirant son pied hors de la boue et écoutant le silence retentissant. « Une bénédiction que ce poste ne soit que temporaire. »

À côté d'elle, Nathanos se tenait immobile, ignorant le nuage visible de mouches se rassemblant autour de sa tête. Il portait souvent une eau de Cologne subtile pour conjurer l'odeur d'être ni vivant ni mort. Beaucoup trouvent troublante l'absence totale d'odeur. Sira venait juste de s'y habituer. Elle ne traitait pas les insectes aussi gracieusement, les frappant tandis qu'ils se rassemblaient en essaims toujours plus importants.

« Où sont-elles? » Ajouta Sira, agacée. « Patience, Gardienne. Patience. »

Elle ne passait pas une bonne journée, encore moins quand elle était obligée de rester jusqu'aux genoux dans la boue pourrie, la Raine-Mare un rappel étrangement douloureux de la façon dont elle était vraiment mort-vivante. Ici, la vie grondait de toutes les directions, des arbres humides drapés de rideaux verts de mousse aux crabes cliquetant le long du rivage derrière eux, au chœur assourdissant de grenouilles et d'insectes privant toute chance d'une pensée paisible.

La vie. Elle était partout là-bas. Une vie impétueuse et audacieuse. Elle sentait probablement le vert. Pas un pouce n'était pas couvert de vignes ou de nids ou de l'écume des étangs. À travers les arbres un peu plus loin, un troupeau de bêtes de rivière renifla et souffla, la section en cuivre de leurs brides grouillaient de scintillements, de chants d'oiseaux et de rivets.

C'était, en un mot, répugnant.

« Nous allons être dévorés vivants », souffla-t-elle, tapant sur une douzaine d'insectes avant que tous les mots aient quitté sa bouche.

« Là. » Nathanos désigna les mêmes arbres qui dissimulaient les bêtes de rivière. De longs brins de mousse dégoulinants rendaient la plage claustrophobe. Les quatre forestiers-sombres s'éparpillaient tout en surveillant attentivement les alentours et en endurant les piqûres d'insectes et la puanteur des tourbières.

« Est-ce que vous les voyez ? » demanda-t-il. Sira plissa les yeux.

« Ils se déplacent comme des ombres le long de la forêt, et étant des ombres, ils continueront à nous être très utiles. »

Elle marqua le mouvement parmi les racines hautes qui dépassent de la base des arbres. Des trolls savamment enduits de boue se glissèrent vers eux, presque invisibles dans le fouillis des buissons et des branches tombées dans le marais. Sira ne discuta pas de leur utilité - ils avaient déjà dû déplacer la Complainte de la Banshee hors des eaux profondes pour éviter les tempêtes meurtrières qui faisaient rage le long des côtes.

« Ils peuvent sortir de leur cachette », rétorqua-t-elle. « Ils ont demandé à cette réunion. »

« Je suis d'accord. » Avec un sourire narquois, Nathanos siffla avec ses doigts dans sa bouche, alertant les rebelles zandalari qu'il avait remarqué leur présence. Ils sortirent un par un, leur chef parmi eux, se dirigea lentement vers leur emplacement tout en boitant de manière prononcée. Sira appréciait un peu la sorcière, Apari, car elles avaient toutes les deux été trahies par la seule chose qui avait toujours défini leur vie.

Pour Sira, c'était son culte à la déesse Elune. Pour Apari, c'était sa fidélité à la couronne Zandalari.

Malgré la gravité de sa blessure, Apari avait habilement navigué à travers le marais. Ils se rencontrèrent dans une clairière non loin du sable, le chef des Widow's Bite arriva avec son animal de compagnie une tique bulbeuse sur son épaule, un petit entourage d'une douzaine de gardes et son lieutenant toujours présent, le grand troll aux cheveux noirs appelé Tayo.

Les cheveux blancs d'Apari avaient été striés de boue pour cacher son identité. Aucun des trolls ne portait les robes blanches et noires distinctives de l'insurrection, mais plutôt des chiffons et des pièces d'armure indéfinissables.

Seuls Apari et son garde du corps Tayo s'avancèrent pour leur parler. La sorcière troll appuya son poids sur sa jambe valide et pressa sa paume contre son cœur. « Salutations, cavalier blême. »

« Enfin », répondit brièvement Nathanos. « Je me rends compte que cela a dû être difficile, compte tenu de vos limites, mais la prochaine fois, je m'attends à de la rapidité. »

Ses yeux brillèrent. « Je n'ai pas de limites dont vous devez vous inquiéter, cavalier blême. »

« En effet. Au moins, vous avez compris notre besoin du secret. Nous ne pouvons pas risquer de nous aventurer plus à l'intérieur des terres. Si les loyalistes zandalari nous surprennent, alors nos plans sont perdus. »

La sorcière interrompit la discussion avec impatience. « Avez-vous apporté notre paiement ? »

« Vous n'êtes guère en mesure de faire des demandes. » grogna Nathanos. « Mais je suis impatient de sortir de ce marais. »

Il pivotât et fit signe au forestier Visrynn d'avancer. Le forestier aux cheveux noirs amena un petit coffre émaillé, le plaçant silencieusement sur le sol entre les trolls et le Flétrisseur. À bord du navire, Sira les avait vus préparer le paiement, une collection de pierres précieuses, de bijoux, de plaques de collier en métal magnifiquement martelées, de petites bouteilles d'esprits rares et de poignards. Cela a semblé un peu excessif à Sira compte tenu de la diminution de leurs ressources, mais Nathanos avait clairement indiqué que c'était le prix pour une mission réussie.

« Bientôt », lui avait-il assuré à bord de la Complainte de la Banshee une heure plus tôt, « où nous irons, aucune de ces bagatelles n’aura d’importance ».

Sira écrasa un autre essaim d'insectes bourdonnant autour de sa tête, regardant le garde du corps de la sorcière s'agenouiller et ouvrir le coffre d'un doigt. Aucun sourire. Aucun merci pour leur générosité. Aucune réaction. Sira frémit, regardant Nathanos, qui réagissait aussi peu que le troll aux cheveux noirs.

« Ce n'est pas ce que je veux. » Apari secoua la tête en ricanant. « Ce n'est pas ce que nous avions convenu. »

Se raclant la gorge, Nathanos fit calmement signe à Visrynn de revenir. Elle le fit et avec une sérénité sans égale ramassa le coffre tout en retournant auprès de ses sœurs derrière elles.

« C'est insultant », murmura Sira. Peut-être qu'elle n'aurait pas dû. Aussitôt, la sorcière fixa ses yeux turquoise perçant sur Sira. Un instant plus tard, Sira ressentit une sensation comme un millier d'araignées parcourant son dos. Elle frissonna mais refusa de détacher son regard. Juste un tour de sorcière, se dit-elle, rien de plus.

« Maintenant, maintenant, » intervint Nathanos. « Il s'agit d'un simple malentendu. Que voudriez-vous de nous à la place ? »

Apari sourit, montrant une série de dents jaunies aiguisées en pointes, les extrémités noircies par les esprits immondes et forts que les Zandalari distillèrent dans des cuves carbonisées. Elle avança en boîtant, regardant Nathanos de haut en bas comme s'il était un gros morceau de viande. Quoi qu'il arrive ensuite, songea Sira, cela ne le rendrait pas heureux.

« Votre messager a dit que vous vouliez tuer un loa. » Apari hocha la tête. Ses yeux s'éclairèrent, l'idée l'enthousiasmait vraiment. « Vous voulez tuer Bwonsamdi, mais vous ne pouvez pas, pas sans nous. Ce n'est pas chose facile, ce que vous demandez. Il doit d'abord être affaibli. Les croyants et les tributs le rendent fort, mais sans ses fidèles disciples, il est vulnérable. Ses sanctuaires sont protégés par une magie puissante, le tribut dont j'ai besoin que vous m'ameniez dissipera cette magie. »

Nathanos l'interrompit, atteignant un stade d'impatience palpable. « Continue. »

« Il faut quelque chose de précieux », poursuivit-elle. Elle montra Visrynn et le coffre tout en agitant la main et en haussant les épaules. « Cela pourrait être précieux pour certains, mais pas pour vous. Vous devez abandonner quelque chose de douloureux, quelque chose d’irremplaçable. »

« Ce que nous proposons devrait être plus que suffisant. » Nathanos resta ferme. « Vous n'êtes pas en mesure de négocier. »

La sorcière était incroyablement audacieuse, Sira pouvait lui accorder ça. Avec un soupir théâtral, la sorcière troll commença à se retourner, en évitant sa mauvaise jambe et refusant l'aide de son garde du corps alors qu'elle commençait à rassembler les membres de la Widow's Bite. Pendant un moment, Sira resta certaine que ce n'était qu'un bluff, mais non, les trolls se regroupèrent et lentement disparurent dans le feuillage dense du marais.

« Un instant. »

Les trolls s'arrêtèrent, regardant leur chef. Apari attendit, offrant seulement un coup d'œil par-dessus son épaule droite. Avant que Nathanos ne puisse céder et se soumettre à leurs demandes, Sira le prit par le coude, baissa la voix et pencha la tête vers lui. « Attendez... »

Mais il tirait déjà une chaîne de sous son lourd manteau noir, un insigne vert et or, déformé et effacé avec le temps, accroché au collier terni. Un insigne d'officier ? Un vestige d'une guerre depuis longtemps oubliée ? Sira ne pouvait pas y répondre. Nathanos et Sylvanas avaient autrefois servi Lune d'Argent, il était si doué sur le plan tactique qu'il avait été élevé au rang de seigneur des forestiers chez les Pérégrins, un exploit qu'aucun autre humain n'avait réussi. La Dame noire elle-même avait été celle qui avait donné cette promotion, les forestiers sombres servant Sylvanas avaient raconté l'histoire plusieurs fois en mer. Cela semblait être une histoire assez populaire. Était-ce l'insigne reconnaissant ce rang pour autant ? Bien que ses yeux aient toujours pulsé avec la même lueur cramoisie régulière, Sira l'avait vue s'affaiblir pendant un moment, disparaissant comme un vieux souvenir gravé. « Que faites-vous ? » Chuchota Sira. « Nous ne pouvons pas simplement céder à chaque demande et obéir comme des chiens dressés. Ils vous croiront faible. »

À cela, Nathanos pinça ses lèvres, les yeux maintenant aussi chauds et brillants que sa rage brûlante. Il semblait se reprendre, respirant fort. Sa force, semble-t-il, ne devait pas être remise en question. Sira faillit reculer, mais il repoussa seulement les cheveux de son front, et son regard brûlant se dirigea vers elle avec la même intensité furieuse.

« Vous apprendrez la valeur du silence, ou je vous l'enseignerai. » Cela semblait satisfaire sa fureur, et quand il la regarda de nouveau, c'était comme si elle n'était plus qu'une pustule sur son pied, quelque chose qu'il détestait remarquer mais qu'il se devait.

Sira marmonna dans un silence indigné alors qu'il tirait sur la chaîne autour de son cou, la brisant, avant de combler l'écart entre eux et la sorcière troll, lui tendant l'insigne afin qu'elle la prenne. Apari avait peut-être été gravement blessée, mais elle se déplaça alors rapidement, et avança son bras afin de tenter d'arracher le collier de sa paume. Nathanos, cependant, était prêt pour elle, et attrapa rapidement sa main avant qu'elle puisse prendre le paiement.

« Ce n'est pas un bijou, sorcière. Si vous ne détruisez pas les sanctuaires du loa comme vous l'avez promis, il y aura de graves conséquences. Vous avez peut-être conjuré quelques nuages ​​au large des côtes, mais le paiement de cette importance demande des résultats. »

Avatar de Melody

À propos de l'auteur : Melody

Contacter

Melody, la touche féminine de Mamytwink.com. Elle a rejoint la rédaction durant l'été 2012 et égaie depuis les lecteurs du site par sa douceur et sa poésie. Outre ses nombreux guides, elle n'hésite pas à mettre en avant par le biais de ses news la créativité de la communauté.

Retour aux news

Commentaires (11)

Tous les commentaires Top commentaires

Frost
  • 24 messages

+
+5
-
Je n'ai pas fini de lire, simple petite chose à corriger, " Now now " , se traduirait plutot par " du calme " ou " calmons nous " . Dans ce passage " « Maintenant, maintenant, » intervint Nathanos. « Il s'agit d'un simple malentendu. Que voudriez-vous de nous à la place ? » "
Smasher
  • 52 messages

+
+0
-
Donc Sira à survécu après tout ce qu'elle s'est pris dans la tronche ?
Rastamoine
  • 292 messages

+
+4
-
Citation de SmasherDonc Sira à survécu après tout ce qu'elle s'est pris dans la tronche ?

Boah, y'a bien les morts vivants qui vivent les tripes exposés à l'air libre donc pourquoi pas
Depsik
  • 8 messages

+
+0
-
En général on a la vf combien de temps après la vo ?
+
+0
-
Citation de DepsikEn général on a la vf combien de temps après la vo ?


Ça vient d'être annoncé par JudgeHype : le 14 octobre en VF :)
Depsik
  • 8 messages

+
+2
-
a ok bon ben je crois que je vais me spoiler avec yuna ou sam vostok
Igrekk
  • 484 messages

+
+2
-
"une eau cologne subtile n'ayant pas d'odeur".... mais oui, c'est c'là...

Ce serait pas plus simple une "lotion inodore" ou un "répulsif inodore" ?
En indiquant "eau de cologne" ça rappelle un sensation olfactive, donc pas très pertinent pour quelque chose dit "inodore". En plus, rien que le nom est une référence à une place irl....
Lummh
  • 131 messages

+
+0
-
Citation de FrostJe n'ai pas fini de lire, simple petite chose à corriger, " Now now " , se traduirait plutot par " du calme " ou " calmons nous " . Dans ce passage " « Maintenant, maintenant, » intervint Nathanos. « Il s'agit d'un simple malentendu. Que voudriez-vous de nous à la place ? » "


"Allons, allons" serait à priori une traduction plus fidèle :>
Aël
  • 48 messages

+
+0
-
Bon sang la
Citation de Igrekk"une eau cologne subtile n'ayant pas d'odeur".... mais oui, c'est c'là...

Ce serait pas plus simple une "lotion inodore" ou un "répulsif inodore" ?
En indiquant "eau de cologne" ça rappelle un sensation olfactive, donc pas très pertinent pour quelque chose dit "inodore". En plus, rien que le nom est une référence à une place irl....


Les USAiens utilisent souvent le terme "Cologne" pour désigner un parfum, même si il ne s'agit pas d'eau de Cologne.
Cette traduction est signée Goulgoul je pense ^^
Aël
  • 48 messages

+
+0
-
Doublon

Ajouter votre réaction

Afin de poster une réaction, vous devez être connecté !

Connexion
Inscription

Retour aux news